J’aurais pu écrire sur le berlingot de Carpentras ou de Nantes qui se disputent la paternité du bonbon, choisir le fameux berlingot de Berck si cher aux estivants de la côte d’Opale ou bien encore vous raconter l’histoire pittoresque du berlingot de Pézenas…

Mais c’est du berlingot de Cauterets dont j’ai envie de vous parler. Je l’avoue, il y a de la nostalgie dans mon choix mais aussi du calcul. Parler du berlingot de Cauterets m’oblige à aborder les berlingots de Nantes et de Berck. Ainsi, je ferai d’une pierre, deux coups.

J’ai passé de nombreux séjours à Cauterets parce que j’aime la montagne, parce que j’aime les Pyrénées et en particulier ce petit coin de paradis niché à près de 1000 mètres d’altitude, à la fois station thermale et de ski, et point de départ de nombreuses randonnées. C’est ainsi que j’ai découvert la spécialité sucrée du pays.

C’est vrai, tous les berlingots traditionnels et cela quel que soit l’endroit, ont la même base : du sucre, du glucose, des arômes et colorants naturels… mais j’aime à penser que ceux de Cauterets sont refroidis en été avec l’eau sulfurée du gave, et que le produit est imprégné du bon air de Bigorre.

Histoire du Berlingot à Cauterets

L’histoire du bonbon commence au 19ème siècle. Cela fait longtemps déjà que les eaux de Cauterets sont connues pour leurs effets bénéfiques sur les rhumatismes. La haute-société s’y presse pour se soigner. La cure consiste à se baigner dans l’eau naturellement chaude des thermes et à boire ce liquide bienfaiteur. Seule difficulté, la boisson n’est pas agréable avec sa forte teneur en soufre. La solution va venir des nantais qui sont nombreux parmi les curistes et qui vont importer dans la station une confiserie jusque-là typiquement nantaise : le berlingot de Nantes (qui date de1830). Celui-ci s’acclimate très vite à l’environnement montagnard et évolue légèrement pour se distinguer du bonbon nantais ; le berlingot de Cauterets sera un peu plus gros avec quelques rayures et permettra d’atténuer le goût prononcé de l’eau soufrée.

De Nantes à Cauterets et de Cauterets à Berck

C’est le succès. Bientôt, toutes les villes thermales des Pyrénées ont leur fabrique de berlingots. Pour faire face à la demande et satisfaire curistes
et pèlerins (car Lourdes n’est pas loin), une dizaine de fabriques de berlingots sont créées à Cauterets, première ville thermale de France au début du 20ème siècle. 

Le berlingot de Cauterets s’exporte à son tour lorsqu’une habitante du village s’installe dans la station balnéaire de Berck-sur-Mer dans le nord de la France où elle ouvre en 1922 un magasin de berlingots : les fameux berlingots de Berck.

De nos jours

Aujourd’hui, Seule Cauterets a su préserver la tradition du berlingot des curistes. Deux confiseries continuent de fabriquer les berlingots et proposent plus de 36 parfums : abricot, mandarine, anis, orange, menthe à l’angélique, caramel amandes, myrtilles…

Alors, rendez-vous à Cauterets pour la dégustation !

Le berlingot de Cauterets (65)

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *