La bergamote de Nancy est un bonbon carré, plat, doré et translucide. Il a un goût délicat et inimitable que l’on peut retrouver en buvant du thé earl grey (puisque celui-ci est parfumé lui aussi à la bergamote). Curieusement, alors qu’elle pousse dans le sud de l’Italie, la bergamote est l’ingrédient principal du bonbon le plus connu de Nancy.

Sa recette est simple : du sucre, de l’eau, le tout porté à ébullition auquel on ajoute l’essence naturelle du fruit.

Fabriquée uniquement sur place, la Bergamote de Nancy a été le premier bonbon de France à obtenir le label IGP, Indication Géographique Protégée en juin 1996.

Vidéo : la fabrication de la Bergamote de Nancy
https://www.youtube.com/watch?v=VG6fnOtNPI8

Mais d’où vient la Bergamote ?

La bergamote – du turc berg-armadé ou poire du seigneur – est  un agrume ressemblant au citron vert qui serait issu d’un croisement entre l’orange amère et le citron vert. Aimant les régions chaudes, le bergamotier pousse majoritairement en Calabre, dans le sud de l’Italie.

L’arrivée de la bergamote à Nancy

L’histoire de la Bergamote de Nancy ne date pas d’hier. Ce serait René 1er d’Anjou (1409-1480), Roi de Naples, Duc d’Anjou et de Lorraine, Comte de Provence, qui l’aurait introduit à Nancy, après l’avoir découvert en séjournant dans une abbaye proche de Bergame où les moines distillaient principalement des bergamotes provenant de Calabre.

L’introduction de la Bergamote en Lorraine se poursuit ensuite au travers des pèlerins d’Italie qui se rendent à la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port, près de Nancy.

Création du bonbon à la bergamote

Le premier bonbon à la bergamote fabriqué à Nancy remonte au 18èmesiècle. Il s’agit alors d’une pastille faite avec de l’essence de bergamote « pour donner le goût » et garder l’haleine fraiche, et dont le duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski, est très friand (« Le Cannaméliste Français » de Sieur Joseph Gilliers, 1751).

Il faut attendre le milieu du 19ème siècle pour voir apparaître le bonbon dans sa forme actuelle. Un confiseur d’origine allemande ouvre une boutique à Nancy et en 1850, sur l’idée d’un ami parfumeur, marie l’essence de bergamote au sucre cuit dans un bonbon de forme carrée.

En 1909, son successeur, lors de la Foire internationale de Nancy, présente la confiserie dans des boîtes de cartouches métalliques décorées des ors de la place Stanislas et fait connaître la bergamote de Nancy à l’Europe entière.

Sources :
> Bonbons de toujours  Éditions Gründ 2015, Pierre et Vincent Pourchet, Christophe Lejal
> Le tour de France des 100 péchés mignons par Laurence Caracalla
La bergamote de Nancy (54)

Post navigation